vendredi 19 mai 2017

Le pavillon Rivoire & Carret (François Carli sculpteur)

Les cousins Claudius Rivoire (1835-1895) et Jean-Marie Carret (1829-1913) fondent en 1860, à Lyon, une entreprise de pâtes alimentaires. Toutefois, afin de se rapprocher de leurs matières premières provenant principalement du Maghreb, ils s’installent en 1890 à Marseille, dans le quartier Saint-Marcel (11e arrondissement). Par la suite, dans les années 1930, leur usine – dont les bâtiments labélisés patrimoine XXe ont été rachetés par la ville en 2003 – déménage à la Valbarelle (11e arrondissement).

Gabriel Héraud (architecte) et François Carli (sculpteur)
Pavillon Rivoire & Carret, 1906
Carte postale

Aujourd’hui, ce n’est pas l’usine qui m’intéresse, mais le petit pavillon Rivoire & Carret construit pour l’Exposition coloniale de Marseille de 1906. Le pavillon de style nouille – jamais style n’a été autant d’à-propos ! – est l’œuvre des Marseillais Gabriel Héraud (1866-1941) et François Carli (1872-1957). Il est érigé à l’intérieur du Grand Palais et en est un des principaux attraits. Un littérateur déclare que « l’on admire notamment les panneaux décoratifs célébrant l’apothéose des pâtes alimentaires. Certes, le sujet était plutôt ardu. Mais Carli l’a poétisé, et rien n’est joli et fin comme cette pluie de boites tombant du ciel sur un champ d’épis dorés de soleil. Les anges posés au sommet du dôme de l’édifice sont également d’exquises choses et contribuent à donner un grand cachet artistique à ce pavillon dont il est superflu de souligner l’immense succès »[1].
A propos desdits anges, ils semblent se souvenir des motifs qu’Auguste Carli (1868-1930) a créés pour le Grand Palais de l’Exposition universelle de 1900 et qu’il a repris pour signaler l’atelier-musée des frères Carli au n°6 de la rue Neuve (cf. notice du 26 février 2008).

Auguste Carli, Enfant et masque grotesque, 1899
Maquette vendue aux enchères à Drouot le 18 Mai 2016



[1] S., « L’art à l’exposition. Carli », La Vedette, 18 août 1906, p.409

Aucun commentaire: