lundi 24 juillet 2017

Le Bateau (Stéphane Hanrot architecte)

Voilà longtemps que je n’avais vu la place du Général-de-Gaulle aussi attrayante. L’aménagement actuel met en valeur la fontaine de l’architecte Stéphane Hanrot (né en 1956).

Stéphane Hanrot, Fontaine, 1995
Place du Général-de-Gaulle, 1er arrondissement

Celle-ci est érigée en 1995, à la faveur de la construction du parking souterrain et du réagencement de la place. Son concepteur lui confère une monumentalité contrastant avec le minimalisme des miroirs d’eau qui se sont multipliés dans la dernière décennie du XXe siècle. En effet, Stéphane Hanrot, en tant qu’architecte et enseignant-chercheur à l’ENSA de Marseille, est aussi attaché à l’architecture qu’au paysage urbain : son credo consiste à mieux connaître les qualités d’un environnement pour contrecarrer les processus de « médiocrisation » du cadre de vie.
La fontaine joue sur un contraste de courbes opposées entre une base massive en pierre et un bassin métallique traité tout en légèreté. Suspendu au-dessus du sol par une quille, le bassin évoque la coque d’un voilier glissant sur les flots… d’où son surnom de « bateau ». L’eau, par un système de débordement, tombe de la partie supérieure en rideau sur la base où est gravée la devise de la cité phocéenne : « Actibus immensis urbs fulget Massiliensis » (La Ville de Marseille resplendit par ses hauts faits).

samedi 15 juillet 2017

Déménagement du Chevalier Roze

Il arrive – plus fréquemment qu’on se l’imagine – que les sculptures monumentales déménagent. Souvent, l’on convoite leur emplacement pour un nouvel aménagement. Plus rarement, une statue retrouve son site d’origine. C’est ce qui est arrivé récemment au buste du Chevalier Roze (1675-1733), réalisé en 1880 par le sculpteur marseillais Jean Hugues (1849-1930).
Je ne reviendrai pas sur son histoire ; il suffira de se reporter à la notice que je lui ai consacrée le 11 mars 2008. L’œuvre, érigée en 1886 sur une architecture murale à la Tourette, reste en place au moins jusqu’en 1952.
                             
Karl, Monument du Chevalier Roze à la Tourette,
Gravure, vers 1886-1890

Baron, Monument du Chevalier Roze à la Tourette,
Photographie du 5 février 1952

Le buste en bronze est déménagé alors au square Fontaine Rouvière, où il demeure jusqu’à cette année. Un élu a sans doute eu l’idée pertinente de rapprocher le héros de la peste de 1720 du lieu de ses hauts faits. Du coup, la sculpture a été rapatriée à la Tourette et placée – dans une mise en scène minimaliste – contre l’église Saint-Laurent.

Jean Hugues, Le Chevalier Roze, bronze, 1880
Esplanade de la Tourette, 2e arrondissement

vendredi 16 juin 2017

Actualité des ventes marseillaises

Juin est toujours un gros mois pour les ventes aux enchères, avant la trêve estivale. J’ai donc décidé de mettre l’accent sur quelques œuvres intéressantes qui passent prochainement sur le marché marseillais.

Louis Patriarche, Exposition coloniale de Marseille, 1906
Plaquette en bronze argenté, 5,5 x 8,5 cm
Avers & revers

Aujourd’hui, vendredi 16 juin, l’Étude de Provence propose à la vente une belle médaille de forme rectangulaire dont l’avers reprend l’affiche de l’Exposition coloniale de 1906 peinte par David Dellepiane (1866-1932, cf. notice du 1er décembre 2016) : les habitants des colonies françaises arrivant à Marseille en bateau. Cette plaquette est l’œuvre du sculpteur-médailleur corse Louis Patriarche (Bastia, 1872 – Nîmes, 1955). L’estimation est de 350 / 450 €.

Gaston Cadenat, Débardeurs, 1935
Bas-relief en plâtre patiné, 28 x 62 cm

Vendredi 30 juin, l’étude d’Hervé Tabutin présente un sculpteur rare aux enchères : Gaston Cadenat (1905-1966). L’œuvre est une épreuve en plâtre patiné du bas-relief qui lui vaut une médaille d’argent  au Salon de la Société des artistes français de 1935 : Débardeurs. L’estimation est de 200 / 260 €.

Manufacture de la veuve Perrin, Fontaine Fossati, 1789
Surtout de table en faïence polychrome, H. 50,5 cm – L. 21 cm
Ensemble et détail

La pièce la plus intéressante est cependant proposée par l’étude de Damien Leclère, ce même vendredi 30 juin. Il s’agit d’une céramique reproduisant la Fontaine Fossati, érigée en 1778 sur la place La Tour (aujourd’hui place du Général de Gaulle) puis transférée place des Capucines (cf. notice du 8 avril 2013). Elle porte une inscription en latin : fons Marsillia Civittati Facta Fuit Anno M.DCCLXXXIX. D’autres exemplaires existent, avec des variations de couleurs, notamment musée Borelly ; pour les curieux, Marina Lafon leur a consacré un article dans la revue Marseille d’avril 2017 (n°254, Marseille en miniature, « La Fontaine Fossati, ses tribulations et ses représentations en faïences au XVIIIe siècle », p.65-71). Cette pièce rare est estimée entre 3000 et 5000 €.

lundi 5 juin 2017

Le poilu à l’assaut (Félix Guis sculpteur)

Aujourd’hui, j’ai décidé de publié un extrait de mon article « Esquisses, maquettes, modèles et autres réductions : sculpter en miniature pour rêver Marseille en monumental » paru dans la revue Marseille (n°254, avril 2017, p.86-93).

Félix Guis, Projet de monument aux morts
Maquette en plâtre, vers 1920-1925, collection particulière

Conséquence de 14-18, l’Entre-deux-guerres connaît une effervescence sculpturale sans précédent. La loi du 25 octobre 1919 encourage en effet l’érection de monuments aux morts pour la Patrie[1]. En ce qui la concerne, la cité phocéenne abandonne cette prérogative à ses quartiers qui aussitôt – soit individuellement, soit en se regroupant – forment des comités pour élever un mémorial. Ceux-ci demandent aux sculpteurs et entrepreneurs locaux, par le biais d’un marché de gré à gré ou d’un concours, des projets de monument. Les maquettes soumises symbolisent la Douleur, la Victoire ou Gallia, image de la France éternelle. Toutefois, le motif emblématique reste la figure du poilu, montant la garde ou mourant ; le poilu combattant, trop réaliste ou agressif, n’est jamais retenu. La maquette de Félix Guis en fait les frais : son soldat hurlant, un masque à gaz sur la poitrine, qui s’élance à l’assaut, prêt à jeter une grenade, ne trouve pas preneur[2]. Seule l’Union des volontaires français et alliés ose ce parti-pris pour son monument, œuvre de l’Italien Luigi Betti, érigé en 1925 au cimetière Saint-Pierre (cf. notice du 21 octobre 2013).

Luigi Betti, Monument aux Volontaires français et alliés
Statue en bronze, 1925, Cimetière Saint-Pierre, 10e arrondissement


[1] « Des subventions seront accordées par l’État aux communes en proportion de l’effort et des sacrifices qu’elles feront en vue de glorifier les héros morts pour la Patrie. » (article 5).
[2] Guis puise son réalisme dans son expérience : mobilisé du 1er juillet 1915 au 1er août 1919, il combat au front, dans l’aviation.

vendredi 19 mai 2017

Le pavillon Rivoire & Carret (François Carli sculpteur)

Les cousins Claudius Rivoire (1835-1895) et Jean-Marie Carret (1829-1913) fondent en 1860, à Lyon, une entreprise de pâtes alimentaires. Toutefois, afin de se rapprocher de leurs matières premières provenant principalement du Maghreb, ils s’installent en 1890 à Marseille, dans le quartier Saint-Marcel (11e arrondissement). Par la suite, dans les années 1930, leur usine – dont les bâtiments labélisés patrimoine XXe ont été rachetés par la ville en 2003 – déménage à la Valbarelle (11e arrondissement).

Gabriel Héraud (architecte) et François Carli (sculpteur)
Pavillon Rivoire & Carret, 1906
Carte postale

Aujourd’hui, ce n’est pas l’usine qui m’intéresse, mais le petit pavillon Rivoire & Carret construit pour l’Exposition coloniale de Marseille de 1906. Le pavillon de style nouille – jamais style n’a été autant d’à-propos ! – est l’œuvre des Marseillais Gabriel Héraud (1866-1941) et François Carli (1872-1957). Il est érigé à l’intérieur du Grand Palais et en est un des principaux attraits. Un littérateur déclare que « l’on admire notamment les panneaux décoratifs célébrant l’apothéose des pâtes alimentaires. Certes, le sujet était plutôt ardu. Mais Carli l’a poétisé, et rien n’est joli et fin comme cette pluie de boites tombant du ciel sur un champ d’épis dorés de soleil. Les anges posés au sommet du dôme de l’édifice sont également d’exquises choses et contribuent à donner un grand cachet artistique à ce pavillon dont il est superflu de souligner l’immense succès »[1].
A propos desdits anges, ils semblent se souvenir des motifs qu’Auguste Carli (1868-1930) a créés pour le Grand Palais de l’Exposition universelle de 1900 et qu’il a repris pour signaler l’atelier-musée des frères Carli au n°6 de la rue Neuve (cf. notice du 26 février 2008).

Auguste Carli, Enfant et masque grotesque, 1899
Maquette vendue aux enchères à Drouot le 18 Mai 2016



[1] S., « L’art à l’exposition. Carli », La Vedette, 18 août 1906, p.409

mercredi 3 mai 2017

Actualité des ventes aux enchères

Samedi 20 mai 2017, une vente aux enchères monégasque dispersera une collection numismatique centrée sur le Second Empire. Parmi les médailles à vendre, deux commémorent l’inauguration de bâtiments marseillais emblématiques.

Lot 85 - Eugène-André Oudiné (Paris, 1810 – Paris, 1887)
Inauguration de palais de la Bourse, médaille en argent, 1860

L’avers représente du palais de la Bourse (Chambre de commerce), œuvre de l’architecte Pascal Coste (1787-1879), avec la date de l’inauguration le 10 septembre 1860 tandis qu’au revers, dans un cartouche posé sur l’aigle impérial, figurent les noms des membres de la chambre de commerce. L’estimation de cette médaille est de 2000 €.

Lot 143 - Louis Merley (Saint-Étienne, 1815 – Paris, 1883)
Inauguration du palais Longchamp, médaille en argent, 1869

L’avers représente le palais Longchamp, œuvre d’Henry Espérandieu (1829-1874) inaugurée le 14 août 1869, qui abrite le muséum d’histoire naturelle et le musée des beaux-arts. Sur le revers, un cartouche soutenu par les différents attributs de la mer contient une inscription de neuf lignes. L’estimation de cette médaille est de 3 000 €.

vendredi 21 avril 2017

Joseph Letz (Philippe Poitevin sculpteur)

En décembre dernier, j’ai acquis deux médaillons en plâtre, d’un diamètre de 40 cm, sculptés par Philippe Poitevin (1831-1907). L’un des deux était accidenté, mais c’est lui qui a décidé mon achat : en effet, il représente l’architecte marseillais Joseph Letz (1837-1890).

Philippe Poitevin, Joseph Letz, médaillon en plâtre
Annoté, signé et daté Mon ami J. Letz / PPoitevin / 1869
Collection personnelle (avant et après restauration)

Joseph Letz est l’élève de Pascal Coste (1787-1879) et le collaborateur d’Henry Espérandieu (1829-1874) sur le chantier du Palais Longchamp. C’est sans doute à cette occasion que Letz s’est rapproché de Philippe Poitevin, le sculpteur étant chargé de l’exécution de quatre médaillons en bronze (cf. notice du 19 octobre 2010) et d’un groupe en pierre (1867). En 1868, il est nommé architecte en chef du département des Bouches-du-Rhône. C’est peu après que Poitevin le portraiture.
Par la suite, il devient l’architecte de la ville de Marseille, à la mort d’Espérandieu. Dans la cité phocéenne, il est l’architecte de la banque de France, du théâtre des Variétés (cf. notice du 16 avril 2008), de la façade en ciment de l’église Saint-Ferréol-les-Augustins (cf. notice du 21 mars 2011), du monument à Espérandieu (cf. notice du 16 avril 2008), de la fontaine Estrangin (cf. notice du 23 novembre 2012)… En 1880, il est élu à l’Académie de Marseille et fait chevalier de la Légion d’honneur, en 1883.

Joseph Letz, vers 1883-1890